Vainqueurs de la SheBelieve Cup l’an dernier, les Bleues terminent l’édition 2018 à la troisième place après un succès (3-0) face à l’Allemagne, mercredi soir à Orlando.

La composition de départAprès avoir effectué huit changements entre la défaite face à l’Angleterre (1-4) et le match nul contre les États-Unis (1-1), Corinne Diacre a opté pour la stabilité. Le onze de départ face aux Américaines a été reconduit dans son intégralité pour ce troisième et dernier match de la SheBelieve Cup 2018, que les Bleues ont remportée l’an dernier.

Henry montre l’exempleContre l’Allemagne (2e nation au classement FIFA), les Bleues n’ont pas manqué leur entrée en matière. À la 10e minute, à la suite d’un enchaînement à trois, décalage de Gaëtane Thiney pour une remise en retrait d’Eugénie Le Sommer, Amandine Henry (photo) a ouvert la marque d’une frappe tenude aux vingt mètres. Elles ont ensuite maintenu la pression sur le but allemand. Le Sommer (12e) et Valérie Gauvin (37e) ont été toutes proches de doubler la mise. En face, seule la capitaine allemande, Dzsenifer Marozsán, est parvenue à inquiéter Sarah Bouhaddi sur une tentative lointaine de lob (24e).

Gianni Infantino, Président de la FIFA : « Cette première annonce sur la route de la Coupe du Monde
Féminine de la FIFA 2019 est une étape importante car les villes hôtes jouent un rôle majeur dans la réussite
du tournoi. La France a un grand savoir-faire en matière d’organisation de compétitions internationales et
je suis ravi que notre compétition phare de football féminin en bénéficie. Cette Coupe du Monde va avec certitude
permettre au football féminin de continuer à prendre toute sa dimension en France et au niveau international. »

Noël Le Graët, président de la FFF : « Le choix n’a pas été facile, tous les dossiers présentés par
les villes candidates étaient de grande qualité. Nous sommes fiers d’organiser cette huitième Coupe du Monde
Féminine de la FIFA. Elle réunira vingt-quatre nations et de nombreux visiteurs étrangers sont attendus.
Cet événement mobilisera nos villes, nos régions, les clubs amateurs, les clubs professionnels et le public
français. Le football féminin est en plein essor, notamment en France. Ce sera une réussite sportive et populaire,
j’en suis persuadé. »

Gianni Infantino, Président de la FIFA : « Cette première annonce sur la route de la Coupe du Monde
Féminine de la FIFA 2019 est une étape importante car les villes hôtes jouent un rôle majeur dans la réussite
du tournoi. La France a un grand savoir-faire en matière d’organisation de compétitions internationales et
je suis ravi que notre compétition phare de football féminin en bénéficie. Cette Coupe du Monde va avec certitude
permettre au football féminin de continuer à prendre toute sa dimension en France et au niveau international. »